Accueil > Biodiversité marine > Étude biologique
Étude biologique


2015 - Les premiers prélèvements avec la suceuse à air PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 28 Août 2015 23:05

En construction...

 
2015 - Une nouvelle espèce de crustacé dans le Bassin d'Arcachon PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 24 Mai 2015 13:25

Les organismes marins ne manquent pas. Il est vrai que l’on découvre de nouvelles espèces tous les jours. Mais parfois pas besoin d’aller dans des pays étrangers, des endroits peu fréquentés ou très profond pour en découvrir. Cela peut se passer tout près de chez nous.

Tout est parti d’une étude sur les récifs d’hermelles (Sabellaria spinulosa) présents sur les blockhaus immergés du bassin d’Arcachon, étude initiée par le GRAMASA en 2011, en collaboration avec la station marine d’Arcachon (Université de Bordeaux) et réalisée par Pauline Pannetier (stagiaire de Master 1 de l’Université de Bordeaux). En voulant étudier la faune présente dans ces récifs caractéristiques, un petit crustacé, un amphipode qui appartient au genre des Elasmopus, attira l’attention car il présentait une petite caractéristique morphologique qui le différenciait des espèces européennes.

Les individus furent présentés au Dr. Sorbe, spécialiste des crustacés qui travaillait à la station marine d’Arcachon (aujourd’hui à la retraite), qui confirma que ce n’était pas une des espèces européenne. Partant de là, un long travail de détective commença : une espèce introduite comme on en a déjà tant ou une nouvelle espèce ? Il fallait alors réunir toute la bibliographie qui pouvait exister pour comparer nos individus aux quelques 120 espèces du genre qui existaient dans le monde. En même temps, on s’aperçut que cette amphipode étaient présents dans d’autres endroits du bassin, comme dans des moulières ou sous une bouée de balisage de chenal. Après des mois de recherches bibliographiques et de comparaisons morphologiques, c’était sûr, ce petit amphipode était une nouvelle espèce. La phase de rédaction commença alors, pour décrire l’animal, le comparer à ses semblables afin de démontrer que c’était bien une nouvelle espèce, et décrire son écologie. Ce n’est qu’en 2015 qu’il sera officialiser par la parution d’un article dans une revue scientifique (Zootaxa) : Elasmopus thalyae (le nom d’espèce en référence à ma fille : Thalya).

 

Benoit Gouillieux

Responsable scientifique des études de biologie marine du GRAMASA

 
2013 - Tests ADN sur les espèces d'hermelles PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 27 Octobre 2013 19:22

A partir des prélèvements réalisés en 2012 par les plongeurs du GRAMASA, plusieurs espèces d’hermelles furent identifiées :

  • Sabellaria alveolata
  • Sabellaria spinulosa spinulosa
  • Sabellaria spinulosa alcocki

S. alveolata est une espèce que l’on retrouve principalement en milieu intertidal alors que les deux autres espèces sont principalement retrouvées en milieu subtidal. Fauvel, 1927, indiquait dans son ouvrage que seul étaient clairement identifiés S. alveolata et S. spinulosa, mais qu’il existait une incertitude sur S. spinulosa qui pouvait être scindé en plusieurs espèces et dont les différences sont basées sur le type de palées. Afin de répondre à cette incertitude, une étude génétique fut commandée par le GRAMASA à la plateforme de biologie moléculaire de la station marine d’Arcachon.

Les résultats montrent qu’il n’existe pas de différence entre les espèces S. spinulosa spinulosa et S. spinulosa alcocki, pouvant donc être nommées en S. spinulosa, et que les différences morphologiques des palées ne sont qu’une variabilité pouvant être liées à leurs usures naturelles. En revanche,  S. alveolata et S. spinulosa ont bien été identifiés comme des espèces différentes.

 

 
2012 - Première étude des récifs d'hermelles PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 20 Mai 2012 09:19

Les blockhaus immergés au sud de la Dune du Pilat représentent un site où l’on rencontre tout au long de l’année de nombreuses espèces : araignées, tourteaux, sars, mulets, anémones, moules … Une des espèces caractéristique de ces sites (Gaillouneys et Sablonneys) est l’hermelle (Sabellaria sp), petit vers marin vivant en colonies et formant des récifs constitués des tubes de sables dans lesquels ils vivent et créant ainsi un habitat sur les parois des blockhaus. C’est dans un esprit de curiosité que fut entrepris une étude durant le printemps 2012 dont le but était de connaître la biodiversité que représentent ces récifs d’hermelles.

Cette étude a été réalisée en collaboration avec la Station Marine d’Arcachon par Pauline Pannetier, étudiante en Master 1 à l’Université de Bordeaux 1. Elle a pu mettre en évidence une faune très riche, diversifiée, qui n’est pas directement visible en plongée du fait leur petite taille et que la majorité des espèces vivent dans les interstices du récif.

D'autres recherches seront réalisées dans le futur afin de compléter les données déjà recueillies.

Voir l'article de la Dépêche du Bassin...

 

Images sous-marines de Gilles Boulais, plongeur photographe et membre du GRAMASA.

 
Rapport bio 2011 du GRAMASA PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 10 Avril 2012 21:18

Le travail mené par les bénévoles de l’association GRAMASA a été réalisé avec l'aide financière de la DREAL et le soutient de la Station Marine d’Arcachon (Université de Bordeaux 1), le Laboratoire Environnement Ressource d’Arcachon (Ifremer), mais également de la Commission Bio de la FFESSM de la Gironde.

Ce premier rapport bio du GRAMASA présente l’inventaire des espèces marines qui furent identifiées sur les sites de blockhaus immergés du Pyla, que ce soit directement lors des plongées qu’en laboratoire après prélèvements, durant l’année 2011.

 

Pour en savoir plus sur le rapport 2011 de la section biologie marine du GRAMASA, contactez nous ...

 

 
«DébutPréc12SuivantFin»

JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL
 

Identification

Réservé aux membres du GRAMASA